Une exposition dédiée à l’indigo, le périple bleu

Dans ce billet publié l’année dernière, je parlais d’un livre dont le thème m’avait conquise: l’indigo. Cette couleur universelle qui se décline en plusieurs nuances toutes apaisantes et qui évoque pour moi la sérénité, la relaxation, l’évasion. Lorsqu’il y a plus d’un mois j’ai vu qu’une exposition était programmée, je n’ai pas pu m’empêcher de poster une photo sur mon instagram et noter ce programme dans mon agenda.

C’est chose faite! Cette exposition est un vrai bonheur pour les yeux et pour les sens! Je n’ai été que très peu surprise de voir que Catherine Legrand, connue pour son amour pour cette teinte, était la commissaire de l’exposition.

L’exposition a été conçue autour des différents pays, connus pour leur utilisation ancienne de l’indigo. Je me suis longuement attardée sur les détails raffinés des nuances, des coupes des vêtements, des broderies, des motifs et de l’épaisseur des différentes étoffes, qu’il n’était pas permis de toucher.

Les images qui passent en boucle sur les deux écrans, attirent les visiteurs qui se laissent volontairement hypnotiser par des femmes du pays Dogon, au Mali, en pleine activité tinctoriale.

Ce fût difficile pour moi de sélectionner les photos que je souhaitais et pouvais publier à cause de la qualité des images. Néanmoins, j’espère que la sélection vous plaira et vous donnera envie d’aller en voir davantage!

WP_20150304_035

Exposition Indigo, un périple bleu

WP_20150304_030

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

 

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Exposition Indigo, un périple bleu

Jusqu’au 18 Avril 2015

Bibliothèque Forney

Hôtel des sens, 1 rue du Figuier 75004 Paris

Ma visite à l’exposition « L’Art de manger » au Musée Dapper

Mercredi, j’ai emmené les enfants à l’exposition « L’Art de manger » au musée Dapper. Cette exposition met en avant l’alimentation dans les pays d’Afrique, d’Océanie et de l’Asie de l’Est.  Les rituels et cérémonies viennent ajouter un poids à l’aliment consommé quelque soit sa forme et son origine, les contenants sont de circonstance et les différentes occasions permettent à des groupes de personnes de se réunir pour célébrer, invoquer, remercier…

Quand on parle d’alimentation, on ne peut commencer sans aborder le premier repas donné au bébé dès la sortie du ventre de sa mère: le lait maternel. L’exposition commence donc par une représentation d’une femme allaitant son enfant et un texte dont les photos prises sont trop floues pour que je les affiche.

Premier aliment: le lait maternel

« Dès sa naissance, l’enfant entretient avec sa mère des relations étroites qui se structurent autour de l’allaitement, premier don de nourriture. Cette pratique dure plusieurs années… »

Je vous partage deux clichés « espions » à peu près nets sur la quinzaine prise lors de cette visite.

WP_20150114_024

Mafa (Cameroun): vase tripode en terre cuite

Cette poterie constituerait une sorte  d’autel sur lequel auraient été effectuées des libations afin d’assurer la santé de tous, que le mil pousse en abondance, et que soient favorisés les mariages prospères donnant naissance à de nombreux enfants.

WP_20150114_027

Vase musée Dapper

WP_20150114_026

Un passage par la librairie du musée et d’autres clichés exploitables d’un livre de cuisine dont j’avais entendu parler sans encore l’avoir vu. Je l’ai trouvé très bien réalisé tant par le graphisme que par le contenu…

WP_20150114_037

Cuisine actuelle de l’Afrique noire

WP_20150114_038

Cuisine actuelle de l’Afrique noire

WP_20150114_039

Cuisine actuelle de l’Afrique noire

WP_20150114_040

Cuisine actuelle de l’Afrique noire

Et enfin, un curieux merchandising dont je n’ai su que penser…

WP_20150114_035

Une épice (Essèssè en douala ou Fruit du Tetrapleura) très prisée dans la cuisson de poisson en sauce ou à la braise au Cameroun et dans d’autres pays africains qui sert ici à exposer des colliers! Le détournement de produits ici est poussé bien loin 🙂

Qu’est-ce que j’en ai pensé? Mon avis est très subjectif, je pense que je m’attendais à autre chose que je n’arrive pas à décrire. Les différents vases, cuillères, coupelles et autres contenants, peuvent être sources d’inspiration pour les arts de la table.

Je pense que la librairie a été l’endroit que mes enfants ont le plus apprécié, même si ils ont quelques moments été captivés par les cérémonies de sacrifices de cochons qui passaient en boucles sur les écrans de l’exposition!

Exposition L’Art de manger-Rites et Traditions

Musée Dapper, 35 bis, rue Paul Valéry 75116 Paris

Cameroun: Les petits conditionnements en sachets…

En préparant mes dernières vacances au Cameroun, je m’étais promise d’avoir un regard autre que celui d’une simple vacancière. Observer, questionner, analyser devaient être des exercices quotidiens qui me permettraient d’appréhender le pays ; comprendre une particularité commerciale qui veut par exemple que le petit conditionnement des produits destinés à une consommation fréquente soit adopté par la quasi totalité des entreprises locales mais également internationales.

J’ai pensé à la raison économique qui conduit à s’orienter vers un conditionnement plus petit au plus grand, aux habitudes alimentaires, à la conservation et à l’humidité ambiante qui peuvent justifier ces conditionnements répandus dans le commerce, qui « enguirlandent » le plafond des boutiques du quartier, juste au dessus du comptoir de ventes.

WP_20140723_001

Les petits conditionnements

WP_20140723_002

Les petits conditionnements

WP_20140723_003

Les petits conditionnements

Une vente au détail qui permet aux personnes d’acheter du lait en poudre, du café soluble, du chocolat et de la lessive. J’ai également constaté que l’eau en sachet était aussi présente sur le marché. Une pratique certainement très lucrative pour les entreprises qui se sont adapté à ce marché!